Travailler en freelance signifie travailler en tant qu’indépendant. On parle de statut de travailleur indépendant (ou autonome) lorsqu’une personne physique est à la fois un entrepreneur, un propriétaire et son propre employé.

Dans le language courant, on utilise aussi l’expression “travail à son compte”.

Une personne qui souhaite se lancer en freelance doit commencer par s’enregistrer auprès du Registre du Commerce, avoir son NINEA, afin de pouvoir, notamment, facturer ses clients.

Elle est affiliée au régime des indépendants pour sa protection sociale. Il ne s’agit bien entendu pas d’un salarié.

Avantages et inconvénients du travail en freelance

Un travailleur freelance ou travailleur indépendant peut choisir lui-même les missions qu’il souhaite effectuer pour ses clients.

Il bénéficie d’une grande autonomie dans son travail. Il peut choisir ses horaires de travail, ainsi que la quantité de missions qu’il souahite réaliser. La rémunération des missions peut aussi être définie au cas par cas, en accord avec chaque client. Ainsi, le revenu d’un travailleur freelance est très variable.

Le défi majeur du travail en freelance est le fait d’être seul à gérer les différentes fonctions d’une activité commerciale. Le freelancer doit pouvoir gérer production, contrats légaux, marketing, vente, finances, comptabilité, etc. sans nécessairement être qualifié dans tous ces domaine.

Il est bien entendu posible de faire appel à une aide extérieure, par exemple à un juriste pour la rédaction des contrats, ou à un comptable certifié pour gérer la comptabilité. Toutefois, l’entrepreneur freelance devra assumer le coût engendré par de telles prestations de service.

Un freelancer peut éventuellement venir à manquer de travail, et donc de rentrées d’argent, entre deux missions.

Statut du travailleur en freelance

Le freelancer aura le choix, sauf activités particulières, entre deux statuts :

  • L’entreprise individuelle. Le régime le plus répandu parmi les freelancers est celui de micro-entrepreneur.

L’entreprise individuelle est le statut le plus simple, mais alors le freelancer est responsable des dettes professionnelles également sur ses biens propres.

Cela signifie que ce que la personne posséde à titre privé pourra servir à éponger les dettes éventuelles de l’activité commerciale.

Pour éviter cela, le freelancer peut éventuellement constituer une EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ou une EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée).

  • Le statut de société. Avec le statut de société, la personne est responsable uniquement à hauteur du montant du capital apporté.

Laisser un commentaire